ZAPPe CIGéo

Par défaut

Dernière minute!

La ZAPP de Bure

Zone A Protéger dans la Paix

REJOIGNEZ-NOUS !

Les Bure Haleurs occupent l’espace à 35m des grilles de l’ANDRA au « laboratoire » CIGéo à Bure, Meuse (55).
Il s’agit d’un laboratoire censé étudier la possibilité d’abandonner à long terme les Déchets Nucléaires à 500m sous terre dans un prétendu « coffre fort géologique », la roche argileuse. Les efforts se concentrent cependant plutôt en surface autour de la question « comment faire accepter à la population le principe de ce genre de stockage ». De l’aveu d’un personnel ANDRA, la particularité de Bure par rapport aux autres sites où cela a été rejeté en bloc serait plutôt en surface: au niveau de l’acceptabilité justement: faible démographie (6hab/km2 dans le secteur de Bure), départementS (55 mais aussi 52 qui reçoit aussi moultes compensations) en déclin économique accueillant à bras ouvers la manne financière grassement distribuée.

Notre action se situe au niveau de la prise de conscience. Elle est symbolique et théâtrale, BURE-lesque, non-violente.

Nous poussons la prise de conscience à travers les grilles, chez les salariés de l’ANDRA et la Sécurité, mais aussi chez les visiteurs et bien sûr les gendarmes qui ne manquent jamais à l’appel dès que le mot Bure est affiché.

Rejoignez-nous directement devant CIGéo à BURE (55)

Si besoin, voici nos contacts:

David: 06 61 40 41 30

Piot Pépère: 06 87 42 08 53

Mail: burehaleurs@live.fr (peu consulté lorsqu’on est sur la ZAPP)

La Démocratie respectée?

L’avis du peuple a été ignoré en 2006, lorsqu’en été, à 5h du matin, une poignée (20 environ) d’élus « votèrent » l’enfouissement comme voie de gestion retenue pour les Déchets Nucléaires. Bure étant le seul « Laboratoire » construit (la loi en prévoyait plusieurs mais un décret a simplifié les choses) on ne nous laisse pas vraiment le choix.

Le Débat Public de 2005 avait pourtant conclu que l’enfouissement posait des problèmes techniquement hors de notre portée, avec des coûts astronomiques et qu’il était préférable d’opter pour l’entreposage à faible profondeur sur les sites déjà pollués, qui donne au moins la possibilité d’agir en cas de problème, ce qui, malgré les discours rassurants de l’ANDRA, ne nous semble pas être vraiment le cas si l’on choisit de faire ce qu’ils prévoient à Bure.

Les populations n’ont pas vraiment conscience de ce que ça va changer en surface: TOUT NE SE PASSERA PAS SOUS TERRE!

Loin s’en faut: que les déchets soient au sous-sol ou en surface, des molécules radioactives seront rejetées dans les airs à un taux « économiquement acceptable » (dans un contexte où les liens de cause à effet entre cancers et nucléaire sont quasi-nuls, pour rappel)

La radioactivité, censée être « prisonnière » de la roche, sera pourtant en partie évacuée en surface par 2 conduits de ventilation, sans quoi les risques d’explosion nucléaire souterraine seraient à leur maximum. Ces conduits de ventilation n’ont été ajoutés que récemment suite à l’étude du dossier par M. Bertrand THUILLIER, scientifique indépendant, qui pointe d’énormes anomalies aux conséquences potentielles désastreuses.

Deuxièmement des colis se trouveront en surface en permanence: pour refroidir, être conditionnés, et en attente de pouvoir descendre. Une installation de stockage de Déchets Nucléaires se verrait bien sûr, comme toute Installation Nucléaire de Base, autoriser des rejets à la mesure de son activité.

Troisièmement, les transports radioactifs nous font risquer une contamination accidentelle: on nous promet environ 2 trains par semaine pendant 100 ans, chargés de déchets nucléaires parfois hautement radioactifs. La loi des probabilités implique un risque d’accident accru, et dans ce cas les conséquences pourraient être désastreuses.

NOUS DEMANDONS:

– LE GEL DU PROJET CIGÉO

Le temps de sa mise en lumière NATIONALE

– L’ANNULATION DE LA LOI DE 2006 SUR L’ENFOUISSEMENT

Ainsi que tout ce qui en a découlé y compris le « Débat Public » mis en scène en 2013

– LA PUBLICATION CLAIRE ET OFFICIELLE DES CONCLUSIONS DU DÉBAT PUBLIC DE 2005 AU NIVEAU NATIONAL

– LA PROPOSITION D’UNE NOUVELLE LOI SUR LA GESTION DES DÉCHETS NUCLÉAIRES QUI DEVRA ÊTRE ACCEPTÉE PAR RÉFÉRENDUM NATIONAL

L’ampleur du projet justifie largement le recours au référendum

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s