Des mots des maux de Meaux

Par défaut

5ème étape: Château-Thierry->La Ferté sous Jouarre->Meaux

Impossible de passer par le halage

Des haleurs en bleu

La palme de l’hébergement le plus sale

SAM_2071

Matin au marché

Programme chargé ce matin: pas facile de mobiliser les troupes au réveil!

SAM_2000

Ce matin là, c’est jour de marché à Château-Thierry. Quitte à perdre un peu de temps, avant de prendre la route on choisit de s’y rendre: déambulation déguisée à vélo et distribution d’information.

SAM_2020

SAM_2008

SAM_2018

SAM_2045

On part… par la route

Une association locale devait nous rejoindre sur cette étape, afin de nous guider sur le meilleur chemin à prendre, mais nous n’avons vu personne. Tant pis, on se débrouillera! Irène, François et quelques autres repèrent sur la carte par où passer. On évitera les bords de marne impraticables à vélo pour prendre les routes. Le soleil est toujours là, et de bonnes côtes nous attendent, mais les Haleurs de Débat sont habitués au obstacles maintenant!

SAM_2003

Repas au bord de l’eau

Après un trajet ponctué de quelques courtes pauses on finit par arriver à La Ferté sous Jouarre pour le temps de midi. A l’ombre sous les arbres, au bord du canal, quelques uns en profitent pour se rafraîchir dans l’eau… Avant que la police vienne nous l’interdire.

Et une montée pour la gloire

Une fois qu’on a repris nos forces, on rattaque. Vu le temps on apprécie les portions de route où on est à l’ombre des arbres! Une erreur de parcours a engendré une grosse montée de côte pour rien pour une partie du groupe. On s’est consolé comme on pouvait, dans une descente comme on a rarement l’occasion d’en faire. Malgré ce genre de petits incidents, les jambes sont dans le rythme, on franchit les côtes l’une après l’autre, et on avance irrémédiablement vers notre but.

SAM_2065

Ça se corse!

Le parcours se complique sur la fin: le secteur est très urbanisé et peu propice à la circulation en sécurité à vélo. Seule la nationale offre un trajet direct, mais trop dangereux. Après quelques méandres une dernière côte nous attend, et pas des moindres! Certains ont même choisi une portion très raide sur une voie pavée dans les bois, en grimpant à pied. Toujours cette chaleur et ce soleil qui rendent les efforts difficiles… Mais qui a dit que le Halage du Débat serait facile? Sur les hauteurs surplombant Meaux, on fait une dernière halte réparatrice avant de s’élancer dans une descente d’une longueur et avec une pente rares (correspondant à la montée qu’on venait de franchir). Les plus téméraires en ont profité pour apprécier la vitesse! Aller de Bure à Paris à vélo a pris à certains moments l’aspect d’un véritable défi.

IMG_2708

Nous voici à Meaux

Arrivés à Meaux, on se rend en temps et en heure devant l’Hôtel de Ville, où des policiers nous attendent, et on lance notre petite animation. Certains grimpent sur la grille du hall d’entrée, sous l’oeil des policiers qui hésitent à intervenir.

SAM_2082

« Vous inquiétez pas, ils vont rien casser. On est pas là pour faire des dégâts » leur lance l’un de nous.

Fiers d’être parvenus jusqu’ici malgré la difficulté, on a une belle énergie pour animer la place, et on chante nos chansons avec cœur.

SONY DSC

Et il nous en faut de la voix, face à nous le poids financier de l’argent de CIGéo/Bure pèse lourd dans la balance.

IMG_5168

Des haleurs en uniforme

Ici à Meaux, le moins qu’on puisse dire c’est qu’on est encadrés: les policiers nous accompagnent à vélo, en faisant la circulation, pour se rendre au stade où nous sommes hébergés le soir.

SONY DSC

« Restez bien vers cet endroit », disent-ils, « là il y a des caméras pour surveiller », et aussi « on viendra faire régulièrement des rondes ».

Ménage nécessaire!

Quand on se rend dans le vestiaire pour prendre une douche, c’est sale, avec de la terre et même des branches à l’intérieur: on y est allés au seau d’eau pour nettoyer. Meaux a gagné la palme de l’hébergement le plus sale, et haut la main. D’ailleurs il a fallu insister pour qu’on nous héberge, au départ la ville avait refusé notre demande.

Ça prête tout de même à réfléchir: on arrive à mettre une patrouille de policiers à notre disposition, sur un endroit surveillé électroniquement, mais le minimum de propreté, lui, ne requiert pas la moindre attention. Qu’est-ce qu’une heure de nettoyage par un employé de la ville à côté de la mobilisation d’une patrouille de police comme nous l’avons vu? Nous ne nous formalisons pas, nous avons déjà de l’eau et des douches, mais nous ne pouvons que remarquer ce fait.

Quelle journée!

On plante les tentes, on se repose, on savoure un bon repas. Nous en profitons pour remercier Lucie, qui est venue du Vaucluse (membre de la Coordination AntiNucléaire du sud-est, le CAN84), et ceux qui l’ont aidée pour toute la partie intendance. Bravo!

IMG_4953

IMG_2735

Une policière au clair de lune

Une petite anecdote avec la police: à l’occasion d’une de leurs rondes nocturnes, l’un d’entre nous qui dormait à la belle étoile, nu dans sa couette, s’est  découvert en se retournant pendant son sommeil. Alors qu’elle échangeait alors quelques mots avec un autre qui ne dormait pas à ce moment là, une policière avait le regard tiré vers le bas par une pleine lune indiscrète… Opération séduction involontaire réussie: Les haleurs sont vraiment imprévisibles!

Le lendemain, l’avant dernière étape nous attend

Courage Bure Haleurs, on approche du but!

SAM_2052

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s